deathnnnn

Death Note n'est pas mort !
Tout frais, tout beau, tout propre, voici la tentative américaine d'adaptation de ce manga incontournable.
 
Après la bouse que les japonnais nous ont sorti (rappelez vous cet acteur principal aussi charismatique qu'un hamster) ça ne devrait pas être trop compliqué.
Comment ont-ils relevé le challenge ?
Tout simplement en partant sur une adaptation libre (les japonnais ayant tenté l'adaptation pure et dure).
Sur ce choix de base, il était évident qu'ils nous américaniseraient Death Note : Light Vit à Seattle, Mia est désormais une pompom girl, L est noir : trois choix qui permettront de cibler les jeunes ricains, trois choix qui sont tout à fait acceptables pour une adaptation libre.
Mais cette production se tire une jolie balle dans le pied au travers de morts à tendance fun-gores à la Destination finale qui ajoutent un second degré alors que le manga se voulait sombre et sérieux.
Mais bien plus gênant est le personnage de Light lui-même : un jeune très banal, sans charisme, qui hurle comme une fillette. Pire que tout, et c'est là le plus important, 70% de l'intérêt du manga repose sur l'intelligence de Light, pensant toujours 14 coups en avance sur les policiers, un véritable génie du mal unstoppable. Cela l'amenait à un affrontement stratégique de haute volée avec L.
Dans ce nouveau film de 2017, cet aspect devient très quelconque, se résumant à un génie justicier (L) qui tente de coincer un jeune meurtrier (bien que L reste ici un bon personnage).
Ce Light américain manque CRUELLEMENT d'imagination.
 
Mais mis à part ce gros manque à gagner qualitatif, le film pourra se vanter d'avoir convaincu Willem Dafoe de s'occuper des doublages de Ryuk (très bon doublage donc), qui d'ailleurs est très réussi visuellement.
Au final, un film très passable, très oubliable, à ne recommander à personne mais qui fera (difficilement) son petit bénéfice car bien des fans tenteront l’expérience.
Mais ça aurait pu être pire car dans l'ensemble, ce film tient à peu près debout et se laisse regarder du début à la fin sans trop d'incohérences. On a même le droit à un final plutôt bien pensé.
 
Comme je le disais au début de cette critique, Death Note n'est pas mort.
Il est juste dans un sale état, aux urgences, à deux doigts de brûler dans les flammes de la colère des fans qui se révoltent devant le bâtiment avec des torches.