img_0892

 

Alien covenant

Sortie le : 10 mai 2017

 

Note générale: 3.1/5
------------

Scénario: 2.75/5  //  Mise en scène: 3.5/5  //  Originalité: 2.75/5  //  Son: 3.5/5  //  Première impression: 3/5

------------

Suite du film Prométhéus qui nous en apprenait un peu plus sur les origines de ces affreuses bébêtes noires et s’intéressait plus encore à leurs créateurs et aux nôtres (tout un programme), Alien covenant plante son intrigue dix ans plus tard et dans un autre décor puisque cette fois nous suivons le vaisseau Covenant et son équipage en quête d'une planète où installer une colonie humaine. Par accident, ils sortent trop tôt de leur cryogénisation et découvre une autre planète qui pourrait convenir (on se demande ce qu'ils vont bien pouvoir trouver sur cette planète). Bien entendu, la mission de repérage foire bien vite et nos explorateurs de l'espace se retrouvent face à face avec de drôles de bestioles ultra dangereuses (vous l'aviez senti venir, non ?).
 
Une mise en place ni trop longue ni trop brève qui respecte les codes du genre sans fausse note et porte le spectateur encore tout frais dans sa tête en plein cœur du décor. Un bon départ donc.
 
Pour ce qui suit en revanche (environ 85 % du film donc), Alien covenant est dans l'ensemble assez critiquable. Les effets spéciaux sont très franchement giga top: vaisseaux, monstres, décors, tout est irréprochablement crédible sur le plan visuel. En revanche, dans sa lancée le film fait croître ses petits bébés extrêmement vite, ce qui change du tout au tout de ce que l'on nous avait montré dans les autres films (même si en théorie seul Prométhéus compte, à en croire Ridley Scott qui insiste pour dire que Prométhéus n'est pas un préquel d'Alien). Ce choix d'une croissance exagérément fulgurante renforce la créature qui en devient encore plus flippante dans son concept. Or, tout bon film horrifique à suspense n'est efficace que par la mise en place de certaines longueurs où le danger n'est pas identifiable, dans sa forme ou dans son emplacement. Le spectateur doit souffrir plus ou moins longuement en se demandant qui, que, quoi et surtout quand tout partira mal. Alien covenant gère atrocement mal cet aspect pourtant crucial des films de ce genre. Plutôt que d'offrir de la peur ou de l'appréhension, Ridley Scott nous balance un film un peu banal d'action / sf à suspense. Dommage puisque c'était pourtant là la grande force de cette saga (et n'allez pas croire que la faute provient de l'envie de faire des remakes modernes et des suites car, sorti en 2012, Prométhéus lui-même respectait assez bien cet aspect).
 
On pourrait passer outre cette belle déception si le scénario en valait la peine mais rien de bien fabuleux de ce coté là non plus. Centré sur le personnage de Michael Fassbender, le film consacre une énorme part à la compréhension du personnage. On s'enlise durant un bon trois quart d'heures au travers de révélations plutôt prévisibles malgré quelques rares surprises qui relèvent de l'intérêt. On comprend un peu mieux la bestiole (un tout petit peu) mais on sort de la séance avec l'impression de ne pas avoir vraiment avancé dans l'intrigue, de s'être fait un peu fait flouer. En effet, le film est censé nous en apprendre plus sur ce peuple de géants à la peau blanchâtre, c'est d'ailleurs ce que nous promet Prométhéus sur sa fin, et également ce que laisse entendre la scène introduction de Alien covenant. Sauf que, manque de pot, Ridley Scott torche cet aspect bien vite pour se concentrer sur les Aliens eux-même et sur Fassbender.
 
Alien covenant m'a fait passer un moment agréable tout de même. Les personnages n'étaient pas trop stéréotypés et comme dit précédemment la réalisation était belle à regarder. De plus, contrairement à Prométhéus, Alien covenant n'est pas truffé d'incohérences à gogo, lui.
 
A voir pour les fans de la saga ou pour ceux qui veulent leur dose d'action mitraillette. Les amateurs d'effroi pourront passer leur chemin.